Chroniques

"La «cellule Riposte !" - Chronique

Petite forme en ce moment, la droite, ils ne sont pas bien. A moins de cent jours de la présidentielle, on a l’impression qu’ils n’y croient plus, ou pire qu’ils font semblant d’y croire… Mercredi, le Canard Enchaîné révélait que certains ministres avaient déjà commencé à rencontrer des chasseurs de tête.

Lire la suite

Sur Saint-Denis, la liberté - Chronique d'un lecteur

Au coin de Saint-Denis et de Maisonneuve, j'ai rendez-vous avec Maya el Kheir. Chaussures et casque de chantier, c'est une jeune femme de 31 ans à l'air déterminé que je retrouve. Son équipement n'est pas accessoire, Maya est une toute nouvelle architecte, inscrite à l'Ordre depuis moins d'un an. Elle est arrivée du Liban en 2004. À l'écouter parler, on comprend vite qu'elle étouffait dans une société trop étroite pour elle. Le Québec et Montréal ont été comme l'oxygène qu'elle cherchait.

Lire la suite

Chronique du 26/12 au 02/01 : Le protectionnisme, une arme utile… faute de mieux

Pourquoi les économistes, dans leur immense majorité, croient-ils au libre-échange ? Parce qu’ils ont appris à l’école qu’il était plus efficace de commencer, dans un premier temps, par produire le plus de richesses possibles, en s’appuyant sur des marchés libres et concurrentiels, afin d’utiliser au maximum les avantages comparatifs des uns et des autres. Quitte, dans un second temps, à redistribuer de façon équitable les gains de l’échange, au moyen d’impôts et de transferts transparents à l’intérieur de chaque pays. Voici ce que l’on apprend à l’école en économie : la redistribution efficace est la redistribution fiscale ; il faut laisser les marchés et les prix faire leur travail, en les distordant le moins possible (la fameuse «concurrence libre et non faussée») ; puis redistribuer ensuite, «dans un second temps».

Lire la suite

La chronique du 19/12 au 26/12 : Le Président de la République 2012

Nous attendions avec impatience les primaires écologiques des verts mais maintenant c'est fini. Nous attendions avec impatience les primaires socialistes qui ont d'ailleurs fait beaucoup de bruit mais maintenant c'est fini. Nous attendions avec impatience le verdict de la candidature de Dominique Strauss Kahn. Nous n'attendions pas avec impatience la candidature de Dominique de Villepin. C'est de ça dont je vais parler.

Telle ne fut pas la surprise de tout le monde lorqu'il nous a dévoilé son jeu caché : son souhait de devenir président de la république. Nous n'y pensions pas une seule seconde. Les statistiques non plus car de multiples raisons nous portaient à croire qu'il n'avait aucune chance. Il était crédité à seulement 1% ou 2% selon les sondages. Il s'était "réconcilié avec Nicolas Sarkozy". Ce dernier devait réunir son parti pour ne pas diviser les voix de l'UMP. Mais en y repensant, on constate que les multiples raisons qui nous portaient à croire qu'il ne se présenterait pas nous font comprendre sa candidature. Il était crédité à seulement 1 % ou 2 % mais cela seulement parce qu'il n'était pas médiatisé. Il ne compte pas en effet se réconcilier avec Nicolas Sarkozy et veut lui faire perdre des voix. Enfin, perosnne ne pense qu'il espère devenir président masi tout le monde comprend que la seule et unique raison de sa candidature est l'écrasement de Nicolas Sarkozy. Horrible, non ?

Nom de domaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site