Nicolas

Bayrou, l'homme du centre par excellence !

Bayrou, candidat du centre de tous les points de vue ( ni de droite, ni de gauche, 5e homme  de la présidentielle selon les sondages ) n'arrive pas à convaincre l'électorat français comme ci sa détermination et sa confiance en soi qui est revenu grâce à son score en 2007 ne servaient strictement à rien. Dénigré, comparé à Eva Joly, il ne cesse d'être l'acteur principal de nombreuses critiques. Pourtant, au final, comme il finit pas le répéter régulièrement, il est le seul qui a prédit non seulement la crise financière mais en plus la crise de la dette ( il est fort ce Bayrou ! ). Personne ne se rend compte de son talent de voyeurisme ! ( ou de voyance, je voulais dire ! ).  

Il est devenu le bouc émissaire de la politique française. Nicolas Sarkozy et François Hollande se donnent donc à coeur joie de le descendre au possible mais sans que ça se voient ( l'électorat de François Bayrou se divise vraiment en deux : ceux qui voteront pour Sarkozy et ceux qui voteront pour Hollande au second tour ). Son but était en partie de devenir président de la République, mais il  ne s'est pas présenté que pour cela : il veut faire partager ses idées et que le prochain président fasse certaines réformes comme le fameux "produire en France" ! Pour cela, il demande de partager ses idées en échange de ses voix. Malheureusement, il en a pas beaucoup et cette offre n'est pas exceptionnelle, même Jean Luc Mélenchon fait mieux.

Vote utile, vote révolutionnaire, ou calculé ? - Reflexions

election-presidentielle-2012-468x264-1.jpg

La présidentielle a commencé véritablement depuis un mois environ et déjà, les polémiques, les réutilisations de faits divers, les coups-bas, ou encore les attaques droite-gauche s'entremelent dans meetings, débats, émissions politiques, ou encore dans les résidences chaque jour. Les intellectuels avancent que les individus de basse classe ne pensent pas par eux-mêmes mais par l'intermédiaire des médias et les ouvriers, agriculteurs, conducteurs ( la classe populaire, quoi ), voient dans le jeu des candidats un mépris, une trahison, ou tout comme. Doit-on croire l'intellectuel qui pense par lui-même et qui suit la politique parce qu'il y est engagé ou peut-on comprendre la classe populaire de ne pas s'intéresser à la politique, car pour eux, les projets, les promesses, les programmes des candidats sont tout simplement incompréhensible ? Ces deux propositions sont-elles compatibles dans la société française actuelle ?

L'électorat de Nicolas Sarkozy par exemple est majoritairement des personnalités politiques, des intellectuels car ceux-ci ont des revenus importants et considèrent que la France ne peut se passer des riches ( car eux-mêmes sont riches ). Ils voient donc dans la fameuse proposition de François Hollande, à savoir de taxer 75% des revenus supérieurs à un million d'euros par an, un mensonge car proposition impossible. C'est pou cela que Nicolas Sarkozy en candidat populaire a fait particulièrement rire la majorité des français, personne n'y a cru, même François Hollande a plus de crédibilité, c'est dire. D'ailleurs, le président-candidat a tout de suite cangé de stratégie comprenant que celle-ci ne fonctionnerait de toute façon pas.

L'électorat de François Hollande, lui, est plus majoritairement populaire, car, avec ses propositions anti-riches ( dont celle des 75% ), il fait comprendre à la basse classe qu'il pense à lui ( pensée cachée : "Ne votez surtout pas François Bayrou ). Cela lui permet d'être favoris dans les sondages et récupérer même le vote populaire de Marine Le Pen ( de Marine Le Pen !!! d'extrême-droite !!! ). On comprend en tout cas que sa sur-exposition dans les médias fonctionne puisque malgré que son score stagne, il garde son électorat du peuple et ça, c'est mieux que tout pour lui.

L'électorat de Marine Le Pen est aussi populaire que celui de François Hollande mais ne succombe pas au charme du candidat favoris. Pourquoi ? "Parce que les propositions ne sont pas du tout crédibles." Ils ne sont pas non plus séduis par Nicolas Sarkozy car ils sont déçu de lui, "ils se sentent trahis par lui au travers de son quinquennat".  Si on résume, l'électorat de la candidate d'extrême droite est anti-sarkozyste mais tout de même conservatisme car il reste tout de même de droite, pire, d'extrême droite.

L'électorat de jean Luc Mélenchon est lui plus facile à analyser : il est simplement révolutionnaire et conquis par son humour et par ses idées. Ce sont majoritairement des jeunes, malgré le fait que Jean Luc Mélenchon séduit vraiment tout le monde, vieux et jeunes, et même dans la tranche d'âge du milieu.

Il était une fois ... La gaffe de Sarkozy !

Nicolas Sarkozy nous a bien fait rire avec cette erreur énorme sur un domaine tragique ( la situation de la jeune reporter en Syrie ). Comment aurait-il pu être mal informé ? Le pouvoir en Syrie n'a tout de même pas pu changer d'avis ou pire, filtrer des informations ?  En tout cas, Le Figaro nous a donné plu d'informationà propos de cela ( ou pas ) en écrivant : "Le président du Conseil national syrien (CNS), principale formation d'opposition, Burhan Ghalioun a assuré jeudi que la journaliste française Edith Bouvier, blessée et vraisemblablement bloquée dans la ville de Homs, se trouvait la veille «dans un endroit protégé». «Je ne sais pas aujourd'hui si elle est toujours dans un endroit protégé», a-t-il toutefois précisé." ( Voir l'article ici ) On remarque que les bombardements continuent et l'assaut de l'armée Syrienne ne fait que commencer. On en sait en tout cas plus sur les circonstance de sa blessure : "La journaliste a été grièvement blessée le 22 février lors d'un bombardement qui a coûté la vie à la journaliste du Sunday Times Marie Colvin et au photographe français Rémi Ochlik."

 

En revanche, nous ne savons rien de plus sur l'Etat de la jeune journaliste, même le Figaro n'en sait pas plus ( c'est dans ce journal que Edith Bouvier travaillait ). Le président, en tout cas, a bien raté le coup de maître qu'il avait sans doute préparé. Imaginez que les informations données par le président-candidat ( et surtout candidat ) s'avéraient vraies : La France de Nicolas Sarkozy libère une prisonnière, le président savait comment réagir, même dans l'urgence. Mais, sa précipitation sans doute due à son caractère lui a trop rapidement fait dire des mots qui n'étaient pas appropriés à la réalité actuelle. Autant dire que pour avancer dans la campagne bien amorcée avec des critiques régulières sur le Fouquet's ou sa croisière, il faudra avoir un programme d'enfer et une force incroyable. Il ne faut pas avoir peur car sa tenacité va lui permettre de devenir président, il a,  semble-t-il, simplement besoin du réconfort du peuple ( et aussi de ces voix ). "J'ai besoin de vous, du peuple" nous a-t-il martelé à son meeting.

Nicolas Sarkozy révèle sa «France forte» - 20 Minutes

article-sarkozymarseille04.jpg

 

PRESIDENTIELLE - Au cours de son premier grand meeting à Marseille, le président-candidat a martelé ses valeurs et a ouvert la voie à l'introduction de la proportionnelle aux législatives...

Il y avait tout: l’appel au peuple, leitmotiv du candidat, la surprise, avec la proposition d’introduire une part de proportionnelle aux législatives, un discours musclé sur les valeurs, un soupçon d’intimité et une bonne dose d’ironie grinçante sur le candidat socialiste dont il n’a pas prononcé le nom. Devant les 15.000 militants annoncés par l’UMP, Nicolas Sarkozy a fait de son discours de Marseille dimanche le premier temps fort de sa campagne.

Lire la suite

Interview - "Pourquoi François Hollande va gagner."

Source Figaro.fr

 

Actuhebdo - Commençons directement : Selon vous,  qui va gagner ?

Martin Derlome - Tout d'abord, il faut savoir qu'il est impossible, même avec des sondages parfois truqués, de savoir qui va gagner la présidentielle avant les votes des électeurs. François Hollande a, comme je le pense, toutes les qualités pour diriger le pays. Nicolas Sarkozy ne fait que se justifier, prouver qu'il a de l'expérience. Il est président de la République, je ne pense pas que cela soit une bonne idée de réïtérer dans ce domaine. Le fait de nous rabacher, et rabacher est le terme, encore une fois, tout sur le travail et sur les bienfaits de sa présidence n'est pas une bonne technique pour attirer les électeurs et les sondages le montre. Il a réussi à être élu en 2007 mais il n'a plus les capacités pour recommencer encore cinq ans.

 

Pourquoi ?

Saviez-vous que 65% des électeurs de Jean-Marie Lepen en 2007 disent avoir voter pour Nicolas Sarkozy au Second tour ? Il partage donc des idées avec le Front National. Voulez-vous d'un président d'extrême droite ? Moi, en tout cas, je n'en veut pas. Les Français ont eu déjà très peur en 2002 lorsque Lepen est passé au deuxième tour, ils ne veulent plus d'un candidat d'extrême droite encore une fois capable de gagner la course.

 

Vous exagérez, il n'est pas non plus d'extrême droite ...

Ah oui ? La seule chose qui diffère de l'extrême droite est son envie d'améliorer le confort déjà bien existant des riches. Et c'est d'ailleurs pour cela qu'il est impossible qu'il passe le premier tour, personne ne veut d'un candidat qui partage les idées du FN et qui donne plus de droits au riches. François Hollande, lui, rend plus de droits à la classe moyenne et la classe populaire, c'est pour cela que François Hollande va gagner.

 

Changeons de sujet. Etes-vous pour le mariage homosexuel ?

Cette réforme est très difficile à être voter, très délicate. D'un côté, les homosexuels doivent avoir autant de droits que les hétérosexuels, mais d'un autre côté, le pacse a été voté pour eux, pourquoi n'en veulent-ils pas ? Ce sujet n'est tout de même pas l'essentiel de la campagne présidentielle, ce n'est que la Ligue des Homosexuels qui veulent en faire un débat de société très médiatisé. Le mot homophobie a été aussi bien médiatisé.

 

 

"Ne pas tolérer l'homophobie la plus grossière, jugée "blessante" par Nicolas Sarkozy, mais ne pas tolérer non plus l'ouverture du mariage aux couples homosexuels." ( Source : Libération.fr )   - Sujet éditorial et revue de presse de la semaine prochaine.

Nicolas Sarkozy - Revue de presse

nicolas-sarkozy.jpg

 

Dans le Figaro Magazine, six pages ont été consacrées à l'interview de Nicolas Sarkozy avec un costume de président, de sublimes photo du nouveau candidat "qui ne l'était pas avant" le montrant comme François Ier ou Louis XIV, qui n'oublions pas étaient des rois. Alors qu'est-ce que ce président-candiat, comme on l'appelais, a voulu nous dévoilé de sa personnalité en laissant Figaro Magazine, journal de droite, publier ces photographies ? Que voulait-il dévoiler de son programme dans son interview ?

Lire la suite

Nom de domaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×