éditoriaux

Edito - Droite ou extrême droite ?

 

Que de rebondissements dans cette campagne présidentielle ! Entre les clivages gauche - droite ( Les pics lancés par François Hollande et relancés par Nicolas Sarkozy au cours de meetings présidentiels ), entre les clivages extrême gauche et extrême droite ( Dans "des paroles et des actes", le "duel" Marine Le Pen - Jean Luc Mélenchon ), on ne sait plus vraiment où mettre la tête. On n'est pas les seuls même les candidats ne comprennent plus rien.

  • Nicolas Sarkozy préfère se mettre à la place de Marine Le Pen pour gagner ses électeurs. Exemples ? Il s'intéresse actuellement à l'immigration ( comme le montre son interview sur RTL ), il s'intéresse aux ouvriers et à la classe populaire ( 65% des agriculteurs votent pour lui selon un sondage IFOP pour Le Parisien et Aujourd'hui en France ), il s'intéresse à la remise en question de l'euro ( il faut savoir que ce projet est très populaire et une grande partie des électeurs de Marine Le Pen vote pour elle rien que pour cela ), et enfin, il s'intéresse aux vraies valeurs de la France ( comme le montre une étude des mots de Nicolas Sarkozy lors d'un meeting par le Parisien - "France" et "Valeurs" en sont les principaux ). Son intérêt est le suivant : faire que sa courbe des sondages au premier tour se croise avec celle de François Hollande. On a vraiment l'impression que cela fonctionne puisque un plus grand nombre d'individus votent pour Sarkozy et les fameuses "60 réformes de François Hollande" séduisent de moins en moins de monde. La campagne ne fait que commencer puisque qu'il reste encore environ 60 jours. On constate donc que Sarkozy est plus à droite qu'il ne l'était avant, que Hollande cherche à devenir plus à gauche qu'il ne l'était avant, le terrain est donc libre pour Marine Le Pen et Jean Luc Mélenchon d'où un score en hausse pour les deux candidats de l'extrême.

 

  • Vous n'avez pas l'impression que nous sommes actuellement comme envahis par des chiffres, des nombres, des sondages, des probabilités de réélection … comme si nous retournions à l'école ? Ces chiffres qui nous mènent à rien en majorité ( Le pourcentage de mensonges ?!! ) , qui sont assez relatifs, assez subjectifs ( Le pourcentage de mensonges ?!! ) nous captivent énormément. Tout cela permet aux média de nous embrouiller. Nous ne comprenons pas tout et la seule technique pour comprendre est de réécouter les meetings des candidats. Nous regardons les débats et lisons des journaux qui nous laissent leur avis et nous procédons sans le savoir à un lavage de cerveau pour être plus facilement manipulable. Nous ne pensons plus par nous-même et certains candidats ont compris cette tendance et parlent avec des mots faciles, compréhensibles pour toucher les gens du peuple, n'ayant pas de capacité de réflexion ( sans être méchant, bien sûr ! ) : Marine Le Pen par exemple. Au fur et à mesure du temps, nous ressemblons au candidat que l'on a beaucoup entendu : Marine Le Pen. Nous devenons donc racistes. Elle a été intelligente sur ce coup-là, la Marine ; faire la victime avec ces parrainages pour que l'on écoute plus ses discours. Comprenant la gravité de la situation, Sarkozy décide de prendre les choses en main : récupérer l'électorat de Marine Le Pen et cela fonctionne.  Il devient pour cela, plus extrémiste !

 

Enfin, vous pouvez quand même lire Actuhebdo, c'est un blog, et un blog n'a jamais fait de mal à personne !!!

Edito - La Grèce, n'en font-ils pas trop ?

grece-greve-manifestations-austerite-crise-dette-scalewidth-630.jpg

 

Nous n'allumons plus la télévision sans entendre parler de la Grèce ou sans voir des images la concernant. La cause est très simple, de nombreuses mesures d'austérité ont lieu là-bas, mais la France n'en a peut-être pas fait un vrai sujet de société ? N'en a-t-elle pas trop fait ? N'est-ce tout simplement pas pour plus facilement nous manipuler ?

Lire la suite

L'édito du 25/12 au 02/01 : Histoire

La position de l’Etat turc est indéfendable. Le génocide tel qu’il a été défini par le juriste polonais Raphaël Lemkin appartient à une catégorie de droit précise et encadrée fondée sur l’intentionnalité des crimes et la finalité d’exterminer un groupe ethnique. Autant de conditions qui correspondent au génocide arménien, tout comme le génocide des Juifs et des Tutsis, les deux seuls «reconnus» et jugés par la communauté internationale. En niant ces exterminations de 1915, comme elle le fait depuis près d’un siècle, la Turquie réécrit son histoire et ment sur son passé.

Faut-il pour autant que le Parlement français impose aux Turcs sa morale et sa vision de l’histoire ? Imagine-t-on l’accueil qu’aurait fait la France à une loi turque interdisant de discuter de la déportation des Juifs par la police française ?

Le texte qui doit être voté aujourd’hui ne peut cacher les arrière-pensées clientélistes de ses promoteurs, dont les circonscriptions abritent de nombreuses communautés arméniennes. Quant à Nicolas Sarkozy, il apparaît qu’après avoir promis à Ankara d’enterrer ce texte, il en fait désormais son miel à quelques semaines de la présidentielle et des législatives. Cette pénalisation de la négation de «tous les génocides» est non seulement opportuniste mais dangereuse. Les historiens savent que la vérité est une proposition contingente. Ils s’opposent à ces textes qui polluent la mémoire et empêchent les discussions sur des sujets encore à vif. Nier le débat alimente le négationnisme.

L'édito du 19/12 au 26/12 : problèmes à la SNCF

Dans la revue de presse, Actuhebdo vous plonge dans les secrets des prothèses mammaires. La difficulté des personnes risquant actuellement sa vie à cause de l'entreprise PIP venant probablement de l'Amérique Latine. Ensuite, nous parlerons des présientielles, le piège de Nicolas Sarkozy.

On fera une enquête exclusive sur la crise touchant ( ou pas ) les riches.

 

 


 

 

800px-sncf-tgv-101.jpgLes horaires ont  changés et ce n'est pas pour le grand bonheur des passagers, enfin, c'es ce qu'on dit. De nombreux "on dit" nous font penser que ces changements ont fait plus de mal que de bien, à croire que ce qu'on disait sur la SNCF à savoir qu'ils veulent nous embêter est loin dêtre un cliché. De plus, certaines personnes habitant proche de Dijon devaient prendre le dernier train à 18 heures car la SNCF exigeait d'arrêter les trains par la suite par manque de passagers. Qui aurait cru qu'à cause de tous ces changements d'horaires, la SNCF gagnerait moins qu'avant ? Et pourtant, c'est vrai. Selon de nombreuses analyses des comportements des individus, on constaterait que la SNCF a subi une baisse de revenus de 8,5%. Qui aurait cru que de plus en plus de personnes prennent le train tout de même à présent ? Et pourtant, c'es vrai. Mais alors, si  les gens prennent plus le train qu'avant, pourquoi la SNCF a vu ses revenus en baisse ? C'est à cause de l'organisation surtout. Ils ont du payer une somme considérable pour le changement des trains. De moins en moins de passagers vont utiliser le train à un horraire précis, par conséquent, ils utilisent un train ayant moins de capacités motrices dans ces horaires-là. À l'inverse, lorsque les gens viennent en abondance, les trains utilisés ont des meilleures capacités physiques. En fait, ces horaires sont comme cela essentiellement pour diminuer le nombres de salariés par manque d'argent, à croire que la crise touche vraiment tout le monde.

Nom de domaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site