Edito - La Grèce, n'en font-ils pas trop ?

grece-greve-manifestations-austerite-crise-dette-scalewidth-630.jpg

 

Nous n'allumons plus la télévision sans entendre parler de la Grèce ou sans voir des images la concernant. La cause est très simple, de nombreuses mesures d'austérité ont lieu là-bas, mais la France n'en a peut-être pas fait un vrai sujet de société ? N'en a-t-elle pas trop fait ? N'est-ce tout simplement pas pour plus facilement nous manipuler ?

 

De nombreux manifestants comprennent qu'ils risquent de plus en plus de se retrouver avec seulement 485 € par mois ( le salaire minimum ) avec une famille à charge. Ces-difficultés là, ils n'en veulent pas et ils ont raison. Mais avons-nous vraimant le choix ? L' Etat de la Grèce est de plus en plus inquiétant mais les populations toujours plus égoïstes en voyant ce qu'il s'y passe voient leurs propres problèmes ( le chômage de plus en plus fort et les diminutions de salaires entraînerait un pouvoir plus important des patrons qui rendraient "esclaves" leurs salariés ) et donc ne se contentent pas d'aider. Des manifestations toujours plus singlantes les unes que les autres ne devraient-elles pas décourager les manifestants ? Surtout qu'elles ne changent absolument rien à l'état de la Grèce et donc aux changements que nous devons effectuer. Une ministre virée pour son "incompétance" signale qu'elle n'avait plus le choix que de voter cette loi pour le plan d'austérité. "Lorsqu'il y a un malade en face de nous, il y a deux types de personnes : La personne qui est complètement découragée, que j'appellerais la fatalliste, et une autre personne qui va chercher ce qui serait le mieux pour aider ce malade, que j'appellerais la courageuse." Elle considère, en donnant cette interview à Libération, que le peuple ne chercherais donc plus à coopérer avec le gouvernement puisqu'ils considèrent que c'est perdu d'avance. Ne serais-ce tout simplement pas parce qu'ils ont l'impression de ne servir à rien , que de toute façon, qu'ils s'opposent ou pas à ce plan d'austérité qui vise à avoir un nouveau prêt de 130 Mds €, ce plan aura lieu, et ce seraient les premier à trinquer ? Le problème principal est que n'importe quel plan visant à aider la Grèce fera des mécontents, à la Grèce de voir lesquels sont les plus importants.

 

La Grèce est donc dans une impasse et est confronté à un dilemne terrible dont personne, et même le gouvernement Grec, ne sait comment il va finir. Pendant une période, nous avions l'impression que tout allait mieux se passer lorsque tout à coup nous avions la vérité en face et comprenions que la situation serait de plus en plus grave. Les enseignants comprennent que le travail risque d'être dédramatiser, dévaloriser. Et ils ont raison ! Le budget de l'Etat étant de plus en plus restreint, la Grèce doit faire de plus en plus d'actions visant à économiser et la première qu'ils comptent faire étant la suppression de certains portes comme ceux d'enseignants. D'après le Parisien,  "La Bourse de New York s'apprête à tourner la page de la crise de la dette grecque pour poursuivre la forte progression qu'elle connaît depuis le début de l'année, d'autant que la semaine prochaine s'annonce calme en termes de chiffres économiques". Ce qui montre que progressivement, la Grèce se retrouvera laché par tout le monde.

 

Personne ne sait si cette crise perdurera ou s'arrêtra définitivement un moment, en tout cas, il faut savoir que la France a été particulièrement compatissante ( contrairement à l'Allemagne ) et à donné génréreusement. La grèce n'est pas reconnaissante de cela. La difficulté de reprendre une activité économique normale sera déjà dure, les manifestations n'atténuent pas ce problème, au contraire, ils l'aggravent. Des pertes économiques énormes dues aux destructions de bâtiments, de monuments vont avoir lieu: la reconstruction et la perte de touristes vont jouer un rôle important.

Grèce libéria guerilla edito athène

Ajouter un commentaire
 

Nom de domaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site