Il était une fois ... La gaffe de Sarkozy !

  • Par prodduck
  • Le 2012-03-01 14:20:08
  • Commentaires (0)

Nicolas Sarkozy nous a bien fait rire avec cette erreur énorme sur un domaine tragique ( la situation de la jeune reporter en Syrie ). Comment aurait-il pu être mal informé ? Le pouvoir en Syrie n'a tout de même pas pu changer d'avis ou pire, filtrer des informations ?  En tout cas, Le Figaro nous a donné plu d'informationà propos de cela ( ou pas ) en écrivant : "Le président du Conseil national syrien (CNS), principale formation d'opposition, Burhan Ghalioun a assuré jeudi que la journaliste française Edith Bouvier, blessée et vraisemblablement bloquée dans la ville de Homs, se trouvait la veille «dans un endroit protégé». «Je ne sais pas aujourd'hui si elle est toujours dans un endroit protégé», a-t-il toutefois précisé." ( Voir l'article ici ) On remarque que les bombardements continuent et l'assaut de l'armée Syrienne ne fait que commencer. On en sait en tout cas plus sur les circonstance de sa blessure : "La journaliste a été grièvement blessée le 22 février lors d'un bombardement qui a coûté la vie à la journaliste du Sunday Times Marie Colvin et au photographe français Rémi Ochlik."

 

En revanche, nous ne savons rien de plus sur l'Etat de la jeune journaliste, même le Figaro n'en sait pas plus ( c'est dans ce journal que Edith Bouvier travaillait ). Le président, en tout cas, a bien raté le coup de maître qu'il avait sans doute préparé. Imaginez que les informations données par le président-candidat ( et surtout candidat ) s'avéraient vraies : La France de Nicolas Sarkozy libère une prisonnière, le président savait comment réagir, même dans l'urgence. Mais, sa précipitation sans doute due à son caractère lui a trop rapidement fait dire des mots qui n'étaient pas appropriés à la réalité actuelle. Autant dire que pour avancer dans la campagne bien amorcée avec des critiques régulières sur le Fouquet's ou sa croisière, il faudra avoir un programme d'enfer et une force incroyable. Il ne faut pas avoir peur car sa tenacité va lui permettre de devenir président, il a,  semble-t-il, simplement besoin du réconfort du peuple ( et aussi de ces voix ). "J'ai besoin de vous, du peuple" nous a-t-il martelé à son meeting.

Sarkozy Nicolas Nicolas Sarkozy Syrie journaliste Edith Bouvier bombardement armée syrienne

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nom de domaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site