La bataille Mélenchon vs Le Pen fait encore rage ! - Chronique

  • Par prodduck
  • Le 2012-05-15 17:48:48
  • Commentaires (0)

On s'attendait à tout sauf à une revanche de la part de Jean Luc Mélenchon, du Front de Gauche. Ce dernier veut affronter en duel Marine Le Pen, d'extrême droite, aux législatives de la 11e circonscription au Nord-Pas-De-Calais laissant aux oubliettes la revanche que devait faire déjà auparavant l'UMP au PS. Cette affrontement ultra-médiatisé nous ont permis de bien rigoler grâce à de petites phrases marquantes comme celles de Marine Le Pen : "Ce n'est plus de la rage, c'est de l'amour !". Il faut dire que Mélenchon l'a traitée de tous les noms aux élections présidentielles, le retour était tout simplement évident. Critiquant la revanche de Mélenchon, Marine Le Pen n'a pas fait mieux en sortant ces phrases comme pour répondre aux dernières de Mélenchon. Elle veut devenir la candidate sérieuse qui est au service de la France, non plus révolutionnaire comme le sous-candidat Mélenchon, voudrait-elle nous faire comprendre. Elle le laisse donc dans une impasse, obligé d'arrêter de la critiquer au risque de perdre ces élections. Mais si Jean Luc Mélenchon arrête de la critiquer, il ne pourra plus faire le show et sans le show, il n'est plus grand chose, alors, la probabilité qu'il continue est beaucoup plus grand que celle qu'il arrête, et Marine le Pen le sait : pour gagner, il faut que Mélenchon continue son cirque en lassant de nombreux électeurs potentiels qui voteront pour elle par la suite.

Extrait d'un article d'actualité  :

« Elle n'a pas daigné prononcer son nom. Marine Le Pen, qui a tenu lundi une conférence de presse à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) pour lancer sa campagne législative et celle du «Rassemblement bleu Marine», a affecté l'indifférence envers Jean-Luc Mélenchon, venu la défier dans son fief. «Mon principal adversaire dans cette circonscription socialiste sera le candidat socia­liste», Philippe Kemel, maire de Carvin et vice-président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, a tonné la présidente du Front national. Elle a accusé cet élu PS d'être «le représentant d'un sys­tème féodal, anachronique, corrompu, clientéliste, que, dit-elle, nous combattons sans relâche (…) et que nous sommes en train de faire tomber.»

Bref, l'ancienne candidate à la présidentielle s'efforce de ne pas réduire sa campagne législative au duel contre Mélenchon, que celui-ci appelle de ses vœux. «Je combattrai contre tous les adversaires que j'aurai face à moi, qu'ils soient Nouveau Centre, socialistes, communistes, Front de gauche, écologistes ou UMP, a-t-elle soutenu. Je prends les adversaires que la démocratie me donne.» Sur le plan national, «dans d'innombrables circonscriptions, nous allons nous qualifier pour le second tour», a prédit la députée européenne, pour qui la victoire de la gauche n'est «pas inéluctable». »

Ajouter un commentaire
 

Nom de domaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site