La droite et l'extrême droite, une longue bataille ...

a-la-maniere-d-un-arbitre-marine-le-pen-a-demande-670114-460x306.jpg

nicolas-sarkozy-marine-l-le-p-pen-viande.jpg

Nicolas Sarkozy aurait droitisé son discours pour parler d'immigration, de sécurité, de l'Islamisation et du terrorisme. Ce sont donc, selon les journalistes, des projets d'extrême droite et seulement d'extrême droite comme si certains projets ne venaient que d'un parti ! Honteux ! Nicolas Sarkozy veut faire diminuer le chômage, mais attention, il gauchise son discours, Hollande veut la même chose ! On parle de promesses de l'un ou de l'autre comme s'ils avaient breveté leurs propositions et leur programme. Leur devise est : "Une proposition n'appartient qu'à un seul candidat !" ( … et surtout pas à Sarkozy ! )

Peut-on véritablement accuser Nicolas Sarkozy de droitiser son discours simplement pour courtiser les voix du Front National ? Je ne crois pas que c'est aussi simple : il veut, comme il le dit si bien, "écouter les souffrances des électeurs du FN". Il l'a bien compris : ce ne sont pas des voix montrant l'adhésion de ces gens en les propositions de Marine Le Pen mais simplement des voix montrant l'adhésion à Nicolas Sarkozy en terme d'immigration, de sécurité, et de renforcement des frontières de la France, car, en 2007, certains de ces promesses  n'ont pas été tenues et ceux-là s'en rappellent bien.

En fait, il est très difficile de mettre un visage à l'électorat de Marine Le Pen ou de n'importe quel autre candidat car l'électorat d'un candidat ne correspond pas simplement à une tranche d'âge, à une population, à une religion, à une culture. L'électorat de Le Pen que l'on croyait prônant les valeurs de la France et de la République n'est en fait pas du tout comme cela. Il se décline en fait en plusieurs parties même pas certaines. La première est la population jeune révolutionnaire qui retrouve dans le discours de Le Pen un certain renouveau tout en gardant les fondamentaux du quinquennat de Sarkozy. La deuxième partie est beaucoup plus révolutionnaire et veut changer complètement la France sans être d'accord avec les idées de gauche. En fait, Marine Le Pen est tout simplement resté d'extrême droite ou de la droite révolutionnaire.

Le problème avec Marine est que son score va bien évidemment l'entraîner à se représenter en 2017 et à changer le nom de son parti pour ne plus avoir l'image de "Fille de Jean Marie Le Pen". Le pari qui semblait perdu d'avance s'est retrouvé quasiment déjà gagné. Mais un adversaire de taille risque de jouer comme un obstacle et vous l'avez bien compris : c'est Sarkozy.

Vous avez bien compris, nous avons véritablement l'impression de regarder une émission de Koh Lanta : des aventuriers lâchés dans la nature, inexpérimentés pour certains et déjà très doués pour d'autres, entraînés pour certains et pas pour d'autres et je finirais par des mots de Denis Brogniard : "A la fin, il n'en restera qu'UN !"

Nom de domaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site