Le Premier ministre sera connu mardi, le gouvernement mercredi - Libération

  • Par prodduck
  • Le 2012-05-12 21:30:18
  • Commentaires (0)

François Hollande, qui prendra ses fonctions mardi à l’Elysée, dévoilera dans la foulée le nom de son Premier ministre, tandis que la composition de son gouvernement sera connue mercredi, occasionnant d’ici là toutes les supputations possibles.

La passation des pouvoirs entre Nicolas Sarkozy et M. Hollande, suivie de l’investiture du nouveau chef de l’Etat débutera mardi à 10 heures.

Le président élu souhaite que la cérémonie soit «simple» et aura comme premiers gestes de rendre hommage à Jules Ferry aux Tuileries et à Marie Curie à l’Institut Curie, pour marteler les priorités de son quinquennat: éducation, jeunesse, respect de la laïcité.

Il se rendra en début d’après-midi à l’Hôtel de Ville de Paris, où le maire PS Bertrand Delanoë a prévu une cérémonie d’accueil retransmise sur écran géant.

Dans la foulée, M. Hollande nommera son Premier ministre, puis s’envolera pour Berlin où il aura un dîner de travail avec la chancelière Angela Merkel.

Vendredi à Tulle, le président élu a confié à des journalistes avoir choisi qui siégera à Matignon, mais ne l’avoir pas encore annoncé à l’intéressé(e).

«La névrose courtisane est consternante»

Pour connaître le gouvernement, il faudra attendre mercredi, «sans doute en fin de journée», selon lui. L’hypothèse d’un premier conseil des ministres dès jeudi a été évoquée.

En pleine crise grecque et alors que la Commission européenne vient de prédire une dégradation des comptes publics plus forte que prévu, M. Hollande doit disposer d’une équipe solide et expérimentée.

Pendant la campagne, il s’est engagé à mettre en place une «République exemplaire», excluant toute personne autour de lui à l’Elysée ayant été «jugée et condamnée». Il a aussi dit qu’il composerait un gouvernement paritaire, intégrant les nouvelles générations et des représentants de la diversité. Tiendra-t-il ces promesses?

Les scénarios les plus divers de répartition des portefeuilles échafaudés ces dernières semaines se sont multipliés après la victoire du 6 mai, à tel point qu’un responsable de la campagne parlait vendredi soir de «vibrillonnisme» chez les prétendants à des maroquins. «La névrose courtisane est consternante», ajoutait-il.

L’exercice est compliqué. Au nom du «rassemblement», le nouveau président va certainement devoir sacrifier des «hollandais» de la première heure, dont certains ne cachent pas leurs inquiétudes. «Ce seront des choix de raison» et non de coeur, avait confié M. Hollande pendant la campagne.

Il lui faudra régler «les problèmes de personnalités, de sensibilités et d’efficacité», bref, une «matrice à plusieurs entrées», soulignait un autre responsable socialiste.

Certains affirmaient que la composition du gouvernement serait arrêtée «24 heures avant».

Jean-Marc Ayrault favori pour Matignon

Pour Matignon, le nom de Jean-Marc Ayrault est régulièrement cité. Mais une condamnation, il y a près de 15 ans, pour des faits de favoritisme, crée une situation potentiellement délicate à gérer pour le président élu. L’avocat du député-maire de Nantes a assuré vendredi qu’il avait fait l’objet d’une «réhabilitation» en 2007 et qu’on ne pouvait plus y faire allusion.

Martine Aubry, première secrétaire du PS, est également évoquée. Mais certains craignent des relations difficiles entre les deux ex-finalistes de la primaire.

Pierre Moscovici, qui fut directeur de campagne de M. Hollande, n’est pas écarté. «Je suis à la disposition de François Hollande. A lui d'évaluer là où je peux être utile», a-t-il dit à l’AFP. Manuel Valls, son directeur de la communication, est parfois cité.

Ce gouvernement, dans lequel devrait entrer l'écologiste Cécile Duflot, sera probablement remanié en fonction des résultats aux élections législatives des 10 et 17 juin, le pire scénario, brandi par la droite, étant celui d’un troisième tour aboutissant à une «cohabitation».

Dès mardi, le président sera confronté à plusieurs dossiers chauds: les désaccords avec l’Allemagne sur le traité de discipline budgétaire, la situation de la Grèce. Puis, il aura à son agenda le retrait problématique des troupes françaises d’Afghanistan avant la fin de l’année. Ce sera au menu des discussions du sommet de l’Otan à Chicago (20 et 21 mai), juste après le G8 à Camp David (18-19 mai).

M. Hollande a continué de préparer ces rendez-vous samedi, à son QG parisien, entouré de MM. Moscovici et Valls.

Sur le plan intérieur, il agira par décrets ou circulaires sur plusieurs points: retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler avant 18 ans et ayant leurs cotisations, préparation de la rentrée scolaire, coup de pouce au Smic en juillet, avant la préparation de textes devant être immédiatement soumis à la nouvelle Assemblée réunie en session extraordinaire en juillet.

(AFP)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nom de domaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×